Il y a 33 ans, la talonnade magique de Madjer terrassait le Bayern

Le 27 mai 1987, le FC Porto, disputait à Vienne sa première finale de la Coupe d’Europe des clubs champions, l’ancêtre de la Ligue des champions, face au Bayern Munich. Emmené par leur attaquant vedette de la sélection algérienne Rabah Madjer, les Portugais se présentaient sur la pelouse du stade Prater dans la peau d’un outsider pour se mesurer à l’ogre bavarois avec son armada invincible qui avaient terrassé lors des demi-finales le Real Madrid (4-1,0-1). C’était l’occasion pour Madjer de croiser à nouveau le chemin d’un certain Michael Rumminegge, la star de la Mannschaft qu’il avait battu cinq années plus tôt à 1982 à Gijón avec la sélection algérienne. Mené au score en première période après un but de Kogl, le champion du Portugal de l’époque, a longtemps couru derrière l’égalisation jusqu’à cette fatidique 79ème minute qui va donner naissance à une des inspirations les plus géniales de l’histoire du football. Servi dans le dos en plein six mètres par son coéquipier Juary qui venait d’effectuer un une-deux éclair avec Frasco, l’enfant de Hussein Dey exécuta le cuir d’une talonnade aussi improbable que magique dans la cage la cage du célèbre gardien de but belge, Jean Marie Pfaff. Sans le savoir immédiatement, il venait de donner son nom à un des gestes techniques les plus célèbres de l’histoire du football. Un geste qui va faire rapidement le tour de la planète pour être gravé à jamais dans les mémoires et dans la légende du ballon rond. « Lorsque le ballon est venu vers moi, je n’avais pas le temps de réfléchir, j’étais un petit peu déséquilibré et j’ai eu l’audace de prendre le ballon du talon et de marquer. C’était une surprise, pour la première fois on voyait un but marqué de cette façon, d’autant plus en Ligue des champions et en finale ! J’ai eu le courage et l’audace de le faire, et le Bon Dieu m’a récompensé. » S’est remémoré il y a quelques années le champion d’Afrqiue 1990 sur les colonnes de So foot. « Cette talonnade a marqué mon histoire personnelle et l’histoire du football, elle m’a beaucoup donné et m’a fait connaître dans le monde entier. Le fait qu’aujourd’hui encore ce geste porte mon nom et qu’il soit resté dans les mémoires me fait énormément plaisir. À chaque fois que j’entends qu’un joueur a marqué d’une Madjer, j’ai un peu la chair de poule. » Se réjouit encore l’artiste algérien. Passeur décisive deux minutes plus tard sur le but victorieux de son complice brésilien qui offrait un sacre historique aux Dragons, Rabah Madjer est entré depuis cette fameuse soirée viennois, définitivement dans la légende du club portuan. Il devient le premier joueur africain à marquer dans une finale européenne, et le premier joueur arabe à soulever la Coupe aux grandes oreilles.