Scandale de Radès: Et si Belaili était déchu de sa Ligue des champions ?

Vainqueur de la Ligue des champions 2019 avec l’ES Tunis, Youcef Belaili est exposé à un risque certes minime mais réel, d’être déchu de ce prestigieux titre. La raison est que ladite finale retour de cette édition 2019 sera rejouée si le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne donne une suite favorable au Wydad Casablanca concernant le litige qui oppose depuis un an le club marocain à la Confédération africaine de football (CAF) et à l’Espérance Tunis. La décision du TAS au sujet de cette affaire connue sous le nom du «scandale de Radès»  est attendue dans quelques semaines, comme l’a fait savoir ce mardi le TAS à rfi.fr, et l’éventualité de voir la fameuse finale retour être rejouée, n’est pas totalement à écarter, même si un tel scénario parait improbable. « La Formation arbitrale est actuellement en train de délibérer et de rédiger la décision finale (sentence arbitrale), mais cette opération prendra quelques semaines », indique l’instance basée en Suisse. L’audience a eu lieu le 29 mai 2020 par visioconférence, à cause du Covid-19. Pour rappel, la finale de la Ligue des Champions retour qui avait opposé le 31 mai 2019 à Radés l’Espérance de Tunis, au Wydad de Casablanca, a été marquée par un grand scandale d’arbitrage. Menés au score, les Marocains avaient réussi à égaliser par le biais de Walid El Karti. Mais ce but va être refusé par l’arbitre pour un hors jeu inexistant. Les joueurs du WAC ont demandé dés lors au Sénégalais Gassama de consulter le VAR pour revoir l’action. Mais il s’est avéré que l’assistance d’arbitrage à vidéo ne fonctionnait pas, depuis le début de la rencontre. Ce qui a provoqué la colère des Wydadis qui ont carrément refusé de reprendre le jeu après des débats houleux. Débouté par la CAF, le WAC a décidé de saisir le TAS pour faire valoir son droit. Si cette finale retour est rejouée et perdue par l’ES Tunis, Youcef Belaili qui a rejoint depuis, le club saoudien d’Al Ahli, se verra tout simplement retirer ce titre, un an après l’avoir conquis, ce qui serait une première dans l’histoire du football africain voir mondial.