La mise au point de Belmadi sur ses ambitions pour la CM 2022

Six mois après le sacre historique des Verts à la CAN 2019, Djamel Belmadi, avait défrayé la chronique en tenant des propos étonnants concernant les objectifs de l’équipe nationale Algérie pour la Coupe du monde. « Dès qu’on aura fait le travail et qu’on sera qualifié… l’objectif sera de la gagner », avait déclaré le sélectionneur national, sur le plateau d’une émission de Canal+Sport.

Si certains ont vu dans le sourire affiché par coach champion d’Afrique une pointe d’ironie, il n’en demeure pas que cette annonce a été prise au premier degré par une grande partie de la presse nationale et aussi internationale au point que certains médias y ont vu une forme de prétention de la part du technicien de 44 ans. Surtout que ce dernier semblait bien convaincu par la capacité de son équipe à renverser des montagnes. « Plus sérieusement, l’objectif ne sera pas de participer et faire du mieux que l’on peut. Ce sera de tout donner et croire en l’impossible. L’essentiel ne sera pas de participer, les joueurs ont compris le truc, ils ne se fixent aucune limite », a-t-il soutenu.

N’ayant pas apprécié l’ampleur prise par ses propos concernant ses objectifs pour le Mondial 2022, Djamel Belmadi a profité de l’interview qu’il a accordée au site de la FAF dont la deuxième partie a été mise en ligne jeudi soir, pour clarifier ses propos. Le moins qu’on puisse dire, c’est que cela a pris les allures d’une mise au point.

publicité

« Je veux revenir sur ce petit passage sur Canal + dans lequel on m’a demandé de m’exprimer sur mon objectif concernant la Coupe monde. J’ai répondu que je voulais la gagner, mais dans la foulée j’avais dit que je plaisantais et que l’objectif sera d’abord de se qualifier à cette phase finale de la Coupe du monde qui se déroulera au Qatar. Malheureusement on n’a retenu que la première partie de ma déckaration. », a déploré le coach des Verts qui a tout de même dévoiler ses véritables ambitions pour le Qatar 2022.  « Aujourd’hui, je n’ai qu’une seule ambition, celle d’aller en Coupe du monde et faire développer toutes les forces de notre équipe pour aller le plus loin possible.  Je ne fais pas plus de plan que ça parce que ce métier là, et je le répète souvent d’ailleurs, nécessite beaucoup d’humilité. La vérité d’aujourd’hui n’est toujours pas celle de demain (…) Je n’ai pas eu la chance de vivre la Coupe du monde comme joueur. J’aimerais maintenant la vivre comme sélectionneur. »