France Football raconte les dessous du transfert de Benrahma à West Ham

Le magazine France Football est revenu ce mardi sur les péripéties du transfert de Saïd Benrahma à West Ham, en racontant comment l’international algérien a atterri chez les Hammers dans les derniers instants du mercato.

Le célèbre hebdomadaire français explique ce dénouement tardif à « un ensemble de circonstances mêlant crise sanitaire, jeu d’agents et particularismes britanniques. » Convoité par West Ham, Fulham, Crystal Palace et Leeds, le joueur de 25 ans a failli rester à Brentford en raison de la somme demandée par les Bees jugée conséquente (25 millions) par les clubs en question. « West Ham (déjà), Fulham, Crystal Palace et Leeds se demandent alors s’il est opportun de signer un tel chèque pour un joueur qui n’est pas «homegrown» et dont on se demande s’il pourra être revendu plus cher par la suite car déjà âgé de 25 ans. », écrit FF.

Et d’ajouter : « Concernant la première donnée, c’est de formation qu’il est question. Les clubs anglais sont obligés de compter dans leur effectif huit joueurs ayant effectué trois années (au moins) de leur formation (entre leur 17 et 21 ans) dans une entité affiliée à la Football Association. Ce n’est pas le cas de Benrahma, formé en France. Concernant l’âge du garçon, il n’est pas assez avancé pour que personne n’investisse mais il n’incite pas non plus aux folies. Ces deux facteurs combinés poussent Crystal Palace et Fulham à opter pour Eberechi Eze et Ademola Lookman, deux (très) jeunes anglais, lors de la première fenêtre du mercato, celle durant laquelle toutes les transactions sont autorisées. » 

publicité

France Football précise aussi que le transfert de Ollie Watkins à Aston Villa contre 30 millions, a poussé Brentford à prendre son temps pour vendre son joueur algérien. « Brentford, qui n’a plus besoin d’argent, est en position de force et n’hésite pas à attendre, confiant, la deuxième fenêtre du marché des transferts pour solder le dossier de son numéro 10. »

Visite médicale compliquée et dérogation

Le marché des transferts en Premier League ayant fermé ses portes le soir 4 octobre sans que Brentford ne reçoive une seule offre ferme sur son bureau pour les raisons évoquées plus haut, France Football assure que le joueur et son entourage commençaient alors à douter. Le supposé nouvel intérêt de Crystal Palace pour le joueur algérien s’est avéré être qu’une rumeur. « Celle-ci tient au moins autant à un jeu d’agents qu’à un intérêt appuyé. », rapporte FF. « Tout s’accélère en réalité à partir du dimanche 11 octobre. Benrahma est d’accord avec West Ham. »

Mais les négociations entre les deux clubs restent l’étape la plus dure pour que le transfert voie enfin le jour. Elles sont mêmes dans une impasse au moment où le natif d’Ain Temouchent se trouvait en plein stage avec les Verts. Et au moment où Les Hammers vont tenter de faire baisser le prix, France Football confirme l’information révélée vendredi par The Mirror faisant étant d’un problème physique qui est apparu lors de la visite médicale effectué par Benrahma, ce qui a même failli « faire capoter le deal ». Mais comme le temps pressait, les deux clubs ont fini par trouver un arrangement en demandant ainsi une dérogation à la FA pour pouvoir envoyer tous les documents à temps.

« Le tout sous la forme d’un prêt d’une saison assorti d’une option d’achat obligatoire et d’un contrat de cinq ans (une année plus quatre). Pour un total de 25 millions de livres (4 pour le prêt payant, 21 pour le transfert sans les bonus) et pour le plus grand bonheur d’un joueur qui a bien failli payer au prix fort les particularismes du Royaume. », conclut  FF.